Lancement de la revue Carbone, entre création littéraire, BD et pop culture



Entre pop culture et création littéraire, la revue Carbone trouve sa place : ce trimestriel, tout à la fois dessiné et numérique, propose sur 256 pages articles, BD, nouvelles avec une large place octroyée à la fiction. Le premier tome vient de sortir...




De l’avis de ses fondateurs, « Carbone est une balade intemporelle (comprenez sans souci d’actu) entre des critiques, des rétrospectives, des entretiens, des BD (originales et en exclusivité), des nouvelles, des récits photos, qui parfois se connectent pour former des univers transmédia ».
Vendue en librairies spécialisées BD, et généralistes, cette revue est proposée à 20 €. Et pour les fans de mobiles ou de tablettes, des contenus augmentés seront à scanner dans les articles, pour accéder à des éléments bonus.
Pour ce premier tome, on en apprendra autant sur la carte aux trésors dans One Piece, Westworld, Indiana Jones, Zelda ou Donjons et Dragons, que sur l’histoire véridique des conquistadors, des pirates ou des nazis qui ont dérobé l’or de l’Europe.
Mais la carte aux trésors, c’est aussi une manière de voir le monde, que l’on retrouve comme principe formel dans différentes œuvres tels que les bandes dessinées d’Alex Chauvel, les films Amblin ou encore le roman Player One.
Les cartes aux trésors, c’est enfin une grille de lecture fascinante pour observer l’évolution de la technologie, en particulier des réseaux, d’Internet et bien sûr de la réalité augmentée (merci Pokémon Go).
« De la même manière, et comme toujours dans Carbone, la fiction s’insère entre les articles, sous la forme d’une nouvelle, d’une bande-dessinée ou d’une fiction expérimentale, pour compléter la singularité de notre approche créative », explique l'équipe.
Aux commandes, on retrouve ainsi Jérôme Dittmar, rédacteur en chef édito, critique de cinéma et de jeu vidéo (Chronic’art, Fluctuat, Premiere, JV, Merlanfrit), cofondateur de Games Magazine, Louis-Antoine Dujardin, éditeur (les Humanoïdes Associés, Dupuis, Delcourt), Mathieu Rivero, Assistant éditorial et auteur ; Margaux Saly, community Manager ; Flore Poinsard, directrice générale de Fauns, auparavant Folimage ; Raphaël Penasa, directeur de publication et Faouzi Boughida, relations libraires & Gamification.

Retrouver Carbone.


Preacher tome 5 de Garth Ennis et Steve Dillon

fantastinet.com
La situation se complexifie pour le trio Cassidy, Tulip et Jesse… Les épreuves laissent à penser que Jesse n’aura pas survécu à son dernier combat ce qui laisse Tulip dans un état de détresse avancé. Et cet état de détresse va la pousser dans les bras de Cass… Revenu en ville, et découvrant cette situation, Jesse décide de partir et d’oublier son ancienne vie.
Si ça ne tenait qu’à moi, tous les sacs à merde pleins de haine de la planète, qui pensent qu’ils sont choisis par Dieu à cause de leur couleur, seraient fortement encouragés à la quitter, un homme qui juge les autres sur la couleur de leur peau ne mérite pas d’être désigné comme tel.
Son chemin va l’amener dans une petite ville, Salvation, soumise au joug d’un important homme d’affaire qui ne fait que la considérer que comme un terrain de jeu pour ses employés. Laissant de côté sa traque de Dieu, Jesse va s’investir dans la défense de la ville d’autant que qu’il va retrouver une personne qu’il croyait à tout jamais disparue…
Reprenant les volumes #41 à #53 de l’édition original, cet avant-dernier volume nous rapproche forcément d’un dénouement que nous avons de plus en plus de mal à percevoir : comment Garth et Steve vont ils réussir à clore l’ensemble des intrigues qui continuent à tourner autour des personnages… Je pense entre autres à Tête de Fion qui surfe sur une vague de popularité sans précédent, à l’envoûtement dont est victime Cass, à la traque bien sûr de Jesse mais aussi autour de Starr ou encore le Saint des Tueurs… Et finalement, qui est vraiment cette entité ?
Je trouve que la qualité de cette série ne faiblit pas, ouvrant des portes et n’en fermant finalement que peu mais je ne doute pas que tout cela sera bientôt le cas…
Je reste un peu déçu de ne pas avoir trouvé ici la poursuite du courrier des lecteurs qui permettaient de découvrir une autre facette des auteurs et permettait aussi de voir le public en face de ce comic qui reste de mon avis très différent de ce que nous sommes habitués à lire.
Bien entendu, vous trouverez toujours les ingrédients qui permettent à cette série de se démarquer : de l’humour noir, de la violence et une capacité à ne pas se prendre au sérieux qui est on ne peut plus plaisant à lire !
Urban Comics (Février 2017) – 384 pages – 28.00€ – 9791026811169
Scenariste : 
Garth Ennis
Dessinateur : Steve Dillon
De la brousse texane aux champs de bataille vietnamiens, Jesse Custer poursuit sa traque du fugitif divin. Il est grand temps d’obtenir les réponses aux questions qui le tourmentent depuis si longtemps, mais avant ça, le prêcheur devra passer par la case “retrouvailles” avec une personne importante de son passé, endosser l’étoile de shérif de la petite ville de Salvation et s’opposer à un certain Odin Quincannon, homme d’affaires peu recommandable lié à une branche du Ku Klux Klan.

Songe d’une nuit d’octobre de Roger Zelazny


fantastinet.com

Nous avons chroniqué il y a quelques jours Route 666 de Roger Zelazny mais ce n’était pas le seul titre réédité puisque dans le même temps Le Songe d’une nuit d’octobre entre au catalogue d’ActuSF… préfacé, excusé du peu, par Thomas Day.
Alors, tout se passe sur un mois d’octobre et ce mois d’octobre est un peu particulier puisque le soir du 31 octobre tombe sur un soir de pleine lune. Et cela ne semble pas anodin puisque notre narrateur, Snuff, un chien qui est le familier de Jack L’Eventreur, semble bien être en train de se préparer à un combat entre deux factions les ouvreurs et les fermeurs…
Basée essentiellement sur des dialogues, l’histoire nous fait avancer progressivement dans la découverte de cette préparation où les alliances et la stratégie seront déterminants à nouveau pour que l’un des camps sorte victorieux.
Je revins à la charge, m’attaquant à l’autre cheville. Elle évita mes machoires et m’assena un terrible coup sur la tête. Je vis trente-six chandelles, ou plutôt soixante-dix-huit car, après un tel choc, je voyais double.

Les membres des deux “équipes” sont des hommages aux personnages des littératures fantastiques et science-fictionnesques avec les apparitions de personnages comme Jack L’Eventreur (déjà évoqué) mais aussi Dracula, le Dr Frankenstein et sa créature, mais aussi des hommages même pas cachés à l’oeuvre de Lovecraft…
Qui sont les “gentils” et les “méchants” n’est pas si évident d’autant que, sans vous divulgacher l’intrigue, certaines alliances semblent réellement contre-nature.
Mais ce qui est particulièrement intéressant dans cette aventure est qu’une grande partie de l’histoire est centrée sur les familiers, des familiers qui vont donc jouer des rôles prépondérants dans le succès ou l’échec de leurs maîtres respectifs… Et qui vont devoir ruser en attendant de savoir comment se nouer les fameuses alliances sachant que le sort des familiers n’est pas des plus enviables !
Dehors, je trouvai une chauve-souris morte clouée à l’arbre par un carreau d’arbalète. Ce n’était pas Needle, juste une citoyenne ordinaire. Il allait falloir faire quelque chose…
Une histoire réellement sympathique bourrée de références.
ActuSF (Décembre 2017) – 284 pages – 18.00€ – 9782366298604
Traducteur
: Ange Desmarais (Etats-Unis)
Titre OriginalA Night in the Lonesome October (1993)
Quand le steampunk rencontre le mythe de Cthulhu.
Octobre. Dans 31 jours, le portail s’ouvrira et les Grands Anciens déferleront sur le monde.
Dracula, Sherlock Holmes, Raspoutine, le docteur Frankenstein… Ils seront tous là. Mais feront-ils partie des ouvreurs avides de pouvoir, ou seront-ils des fermeurs qui s’opposeront aux horreurs indicibles ?
Les familiers de ces personnages seront eux aussi impliqués dans cette murder party ésotérique riche en rebondissements. Tout particulièrement Snuff, un chien dont le maître, Jack, aime se promener la nuit dans Londres avec son grand couteau…
Le Jeu va commencer.
Quel sera votre camp ?

La contre-nature des choses de Tony Burgess



fantastinet.com

Ce nouveau titre de la collection Exofictions est un des plus étranges que j’ai eu à lire ces derniers mois…
Les morts continuent à vivre, ou plutôt à remuer devrais-je dire, sans pour autant représenter une quelconque menace… Si ce n’est celle d’envahir le quotidien des survivants. Omniprésents, leur annihilation semble poser quelques problèmes : les différentes méthodes proposées posent des questions morales (pour ce qui était de l’option de les brûler dans des grands fours) ou pratiques (les enterrer ne sert à rien puisqu’à force de remuer, ils remontent à la surface).
C’est à cette époque que les gens ont cessé de mourir proprement. Ils étaient morts, au sens où ils cessaient d’être des gens. mais ils étaient vivants parce qu’ils arrêtaient jamais de bouger.
Bref, rien ne semble permettre de s’en débarrasser de manière totalement satisfaisante et la solution de les envoyer dans l’espace semble être un moindre mal.
C’est sur Terre devenu inhospitalière qu’oeuvre notre personnage qui a pour l’instant un besoin urgent de trouver un enfant pour.. Pourquoi d’ailleurs ? C’est une question que je garde dans un coin de ma tête parce que je ne suis pas bien sûr d’avoir compris tenants et aboutissants.
Toujours est-il qu’il y a certainement une très bonne raison, raison liée semble-t-il à cet artiste du chaos qu’est Dixon et qui a la particularité d’être un porteur de violence et d’agressivité.
Dixon a aligné sur une route des centaines de gens nus sur des chaises et il leur a foncé dessus dans un pick-up à cent soixante kilomètres-heure. Ca, il l’a fait plein de fois. Son record, c’est soixante-dix huit personnes – le nombre de corps qu’il a fallu pour arrêter le véhicule.
L’un traque l’autre et Y (l’enfant) se retrouve embarqué dans cette chasse à l’homme. Cette chasse est semée de violence et de scène crues, de viscères et pour certaines d’entre elles proche de la scatologie.
Le début est particulièrement dur à suivre et à la moitié du récit, nous plongeons dans une sorte de conte morbide dont on a du mal à percevoir où il nous emmène… Et je ne le sais toujours pas.
Une sorte d’Ovni finalement…
Actes Sud (Février 2018) – Exofictions – 192 pages – 16,80€ – 9782330092535
Traducteur
: Hélène Frappat (Canada)
Titre OriginalThe n-body problem (2013)
Couverture : Laura Kate Bradley
Un homme au bout du rouleau – le narrateur – sil­lonne un paysage de fin du monde sans lever les yeux. Tout là-haut, dans ce qu’il reste de l’ancien ciel et qu’il évite de regarder, l’Orbite charrie un milliard de cadavres. Parce qu’au bout du compte, l’apocalypse zombie aura surtout généré un gigantesque problème de gestion des déchets. Les brûler dans des fours géants ? Trop de mauvais souvenirs. Les enterrer ? On a bien essayé, mais pour se retrouver avec des hectares de boue grouillante. Alors on s’est mis à les envoyer là-haut. Quant à lui, il doit se trouver un fils avant le soir, autrement dit kidnapper un gosse pour qu’il l’aide à accomplir une mystérieuse mission.
Et puis il y a Dixon, son double maléfique, une vieille connaissance devenue vendeur de cadavres et un authentique génie du mal. Dixon pratique des tortures d’une barbarie et d’une sophistication pornographique qui en font l’homme le plus redouté parmi ce qu’il reste de survivants sur cette planète presque totalement in­hospitalière. Entre le narrateur et lui, un duel s’engage. L’occasion, pour Tony Burgess, d’ajouter à l’Enfer de Dante une multiplicité de cercles dont la puissance tient autant à leur imagerie traumatiquement poétique qu’à leur caractère politique de prémonition.

Normal de Warren Ellis


fantastinet.com

Adam Dearden, le personnage que nous voyons arriver à Normal Head, semble avoir eu une vie stressante, à base de prédiction de l’avenir notamment… Son arrivée dans son nouvel environnement va être à base de rencontres avec des fous ou en tout cas, d’autres personnes qui semblent être dans une forme avancée de Burn-Out.
Dans cette société, anticiper, deviner l’avenir est une problématique de tous les instants et cette pression continuelle va les pousser dans l’abîme… L’Abime, nom donné à ce futur que tous ces veilleurs doivent fixer…
Il n’était plus vraiment un homme, mais un simple moignon cautérisé qu’on laissait pourrir dans une petite chambre.
Alors Adam arrive et tente de comprendre où il est et comment fonctionne ce nouveau monde auquel il est confronté, de comprendre comment ces différentes personnalités qui n’ont plus aucun pied avec la réalité, qui voit des complots partout tentent de sortir de leur névrose.
Et soudain, un de ses voisins de chambre disparaît…
Une masse noire d’insectes grouillait sur le lit. Et sur le sol autour. Ainsi que les murs et la fenêtre. Il n’y avait plus rien d’humain dans la pièce. Le tas sur le matelas n’était qu’une horde de mouches.
Il n’en faut pas plus pour enflammer l’imaginaire paranoïaque des résidents et pour pousser Adam a essayé de percer ce mystère, avant que d’autres ne réagissent pour, peut-être, masquer cette mort étrange.
Tout est disproportionné dans ce roman à l’humour grinçant, pointant du doigt dans le même temps ce besoin de contrôler un futur incertain et cette manie de voir des complots partout, à chaque porte. Un monde qui tend à nous rendre en permanence sur le qui-vive, un monde qui va nous pousser à faire des corrélations là où il n’y en a aucune, un monde qui en un mot, nous pousse à la névrose !
Adam essaie de comprendre et, d’une certaine façon de s’extraire de ce monde et porte un regard plein d’interrogation sur notre capacité à être libre, sans surveillance et retrouver, pourquoi pas, une certaine forme d’insouciance.
Un roman court et intense, qui va vite – comme notre société actuelle – et interroge sur ce que nous voulons pour demain.
Au Diable Vauvert (Février 2018) – 189 pages – 18.00€ – 9791030701739
Traduction : Laurent Queyssi
Titre Original : Normal (2016)
Prévoir le futur. Certains nomment ça fixer l’abîme. À Normal Head on accueille des veilleurs stratégiques civils ou militaires rendus fous par leurs visions de bouleversements géopolitiques, guerres de drones et apocalypses diverses. Quand on retrouve à la place d’un patient un tas d’insectes dans son lit, les névrosés et déséquilibrés de l’institut se lancent dans une folle enquête, entre aliénation et surveillance…

Messages les plus consultés